AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un seigneur Corakir qui joue aux pirates et cocufie les Dux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Le Trône
Grand Maître

Messages : 182
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Un seigneur Corakir qui joue aux pirates et cocufie les Dux   Jeu 4 Jan - 9:50

Konrad von Karschtein
PNJ-PLibre
Personnage

Prénom : Konrad
Nom : von Karchtein  
Surnom : Ulfin le Pillard, Ulfin le Pirate

Date de naissance : 30 mars 365

Age : 22 ans en 387, 25 ans en 390  
Origines : Corakir   (Atlantianne)

Orientation sexuelle : Hétérosexuel

Situation maritale : Célibataire, dans les mœurs Corakir, le mariage n'est pas aussi important que la reconnaissance du mérite par le père et les enfants des concubines sont tout autant légitimes.  

Enfants :

Avec Serena (Kylara von Hammersmark née Undomiel):

Kylara von Karschtein (387, en vie)

Lieu de vie principal : Archipel Corakir

Statut social : Comte Corakir

Allégeance : La Couronne Alérienne
 




Physique
.
Caractère


Konrad est un jeune homme bien proportionné. Son corps, sculté par les exercices physiques qu'il s'impose tout les jour. Pourtant, on ne peu pas le considérer comme un ''gros tas de muscle''. Sa silhouette restant assez svelte. Son corps est marqué de plusieurs cicatrices, souvenirs de différents combats qu'il a eu à mener ainsi que par les marques de fouets avec lequel sa demi sœur aimait à le frapper encore et encore.

Son visage est oval, ses yeux bleu gris et ses cheveux sont blonds. Somme toute, son visage serait assez banal s'il n'émanait pas de lui cette impression de force et de charisme presque écrasante qui en font quelqu'un tout à fait à part. La plupart du temps, Konrad aime porter des tenues sobres. Mais cela n'affecte en rien se qu'on voit de lui. Quant on l'aperçoit, on sait qu'il est de haute lignée. On le saurait, même s'il était vêtu de haillons.

Konrad n'est pas une personne qu'on approche facilement. Il fait souvent se qui lui plait, même si cela ne correspond pas vraiment à l'idée qu'on se fait d'un seigneur. Honnêtement, il n'en a pas grand chose à faire. Il est respecté par ses pairs, a fait fructifier sa seigneurie. Il peut bien s'autoriser quelques libertés. Personne plutôt solitaire et refermée, il peut pourtant faire preuve d'une certaine ouverture lorsqu'il est très à l'aise, se qui malheureusement n'arrive pas souvent. Il récompense toujours fidèlement la loyauté et l'obéissance. Par contre, ne vous avisez surtout pas de faire quoi que se soit qu'il pourrait ne pas apprécier. Car s'il peu se montrer généreux, sa cruauté est presque proverbiale. Enfin, c'est un homme qui, sous ses airs dur peut cacher quelqu'un de très tendre. il suffit qu'il soit assez à l'aise pour vous montrer cette facette de sa personnalité. Mais il est très difficile de le mettre à l'aise. Et si jamais vous trahissez sa confiance, dites adieux à ce projet. Et dites adieux à votre existence. Car vous n'avez plus qu'à vous considérer comme mort.
 

Histoire
 
Histoire d'origine

Le premier souvenir, c'est le fouet. Il ne sait plus ce qu'il avait fait pour le mériter et au fond, cela ne pouvait ni l'aider ni diminuer la force des coups. Alors à quoi bon ? La seule chose qui importait, c'était qu'on venait le frapper encore, encore et encore. Son dos se déchirait à chacun des coups qu'il recevait. On voulait le punir. Mais le punir de quoi au juste ? Quel était la faute d'un enfant de six ans qui justifie pareil sentence ? Vingt coups de fouets.

Être né tout simplement. Oui, avec le recul lorsqu'il repensait à son premier souvenir, il ne voyait pas d'autre possibilité. C'était le fait qu'il soit né qui lui avait fallu cette correction aussi violente.

Mais qui était-il ?

Konrad.

Le fruit non désiré des amours d'une traînée renversée dans la fange.

C'était ce que sa demi-sœur disait en tout cas. Cette punition, il comprit plus tard que c'était à elle qu'il la devait. Comme il haïssait cette fille. Ses cheveux blonds, ses yeux bleus, tout cet ambre qu'elle portait sur elle. Elle prenait visiblement plaisir à le voir souffrir. En même temps que la douleur lui déchirait le dos, une haine plus sourde que tout commença à bouillir dans les veines de l'enfant. Il le lui rendrait. Il le lui rendrait au centuple.

Qui était Konrad Von Karschtein avant la bataille du cap de fer ?

Force est d'avouer qu'on sait très peu de choses sur son histoire. Mais les divers témoignages recueillit sont formels. Avant cette bataille et cette victoire implacable, il n'était rien. Un simple bâtard su seigneur Ulrick Von Karschtein qui de toute façon les essaimait un petit peu partout dans son entourage.

Les choses changèrent pour Konrad au cap de fer.

De cette bataille, on a rapporté bien des légendes. Sans doute du fait du jeune homme lui-même. La réalité n'en est pourtant à elle seule pas moins glorieuse.

Le Cap de fer fait partit des nombreuses passes stratégiques situé dans l'archipel du corbeau. C'était là qu'avait été arrêté net prêt de deux siècles plus tôt la première force d'invasion lancée par le roi de l'époque pour rattacher l'Archipel au royaume. La passe est en effet d'une déconcertante facilité à défendre. Six navires peuvent y tenir tête à une armada toute entière.

Les seigneurs du cap avaient décidé de se révolter contre leur suzerain, Ulrick Von Karschtein et son fils ainé, héritier de Conflans, Fegus Von Karschtein.

On avait envoyé Konrad sur place avec trois navires et une centaine d'hommes afin de rétablir la situation et l'autorité de Conflans. À bord des navires, la majorité des hommes présents étaient bâtard d'un seigneur ou d'un autre. À presque dix-huit ans, Konrad faisait office de commandant simplement parce qu'il était l'un des plus âgés, si ce n'est le plus âgé. Mais si, dans l'esprit de ses compagnons, il restait encore un espoir de voir apparaître les renforts qu'on leur avait promis, il n'en était rien pour Konrad.

On cherchait à se débarrasser des bâtards. Voilà tout. Une armée viendrait plus tard pour remettre les seigneurs du Cap dans le droit chemin.

Plutôt que de courir à une mort certaine, les trois navires de Konrad se détournèrent de leur objectif et passèrent plusieurs jours à terre. Le récit de la bataille du cap de fer fut rapporté par un prêtre du Guerrier qui a assisté à la scène de loin.
Citation :
Les navires de Conflans s'approchèrent de l'armada rebelle comme pour engager un combat perdu d'avance. On lança d'abord sur eux des flèches et des javelots. Mais les marins tenèrent leur cap et filèrent sur les rebelles.
Au dernier moment, on fit les navires seigneuriaux virer de bord et présenter un bref instant leur flancs aux terribles éperons des rebelles qui déjà se gaussaient de cette victoire facile face à des enfants. Leurs rires se tarirent au moment où des pots de terre cuites furent jetés depuis les navires des bâtards pour venir se fracasser sur les ponts, rependant la mort rampante parmi les équipages. Des centaines de serpents couraient sur les ponts, mordant férocement les marins paniqués.
Il n'y eu plus de rires. Les navires qui avaient été frappé échappèrent à tout contrôle et s'éperonnèrent les uns les autres, détruisant pas là même ceux du reste de la flotte.

Cette victoire totale ne fut pas sans conséquences dramatiques pour certains.

Konrad venait de démontrer ses capacités de stratège par une victoire navale sans précédent qui lui assura un contrôle sur le Cap de Fer. Cette bataille fut aussi le premier acte d'une véritable guerre civile qu'on connaît dans l'Archipel sous le nom de la guerre des bâtards.

Le jeune homme refusa de rentrer à Conflans avec ce qui restait des bâtards seigneuriaux. Ayant pris trop d'importance et étant trop réputé suite à cette victoire, il savait qu'Ulrick n'aurait pas d'autre choix que de les assassiner discrètement histoire qu'ils ne menacent jamais son pouvoir. Et celui de son fils. Au lieu de cela, Konrad se lança dans une guerre contre Conflans.

Les seigneurs et chevalier vassaux de son père et déçus par ses multiples coucheries, innombrables bâtards ainsi que par la relation incestueuse de ses deux enfants légitimes se rallièrent avec une certaine rapidité à la bannière de Konrad. Le point d'orgue de cet abandon d'Ulrick fut au moment où sa nièce et favorite décida de rejoindre celui qu'on appelait désormais ''le grand bâtard''

Malgré l'importante désertion, la guerre des bâtard n'en duras pas moins trois années sans discontinuer. Elle s'acheva devant les murailles de Conflans lorsque Fergus tenta une sortie aussi stupide qu'inconsidérée, emportant avec lui la grande majorité des défenseurs de la ville qui périrent sous les coups de l'armée des bâtards.

Face à la destruction de la grande majorité de leurs forces et à la capture de Fegus, les habitants de la ville ouvrirent leurs portes à l'armée de Konrad. La garde du Pic n'opposa qu'une résistance minime. Et là, pendant trois heures, on ne sut plus où était passé Konrad. On ne le revit que plus tard lorsqu'il arriva dans la salle du trône de Conflans couvert d'un sang qui n'était pas le sien, hilare et visiblement ravis.

Conformément à la coutume, on amena dans la pièce tous les parents du jeune seigneur qui n'avaient pas rejoint sa bannière. La couronne fut posée au centre de la pièce et tous à l'exception d'Ulrick furent purement et simplement éventré. Konrad alla récupérer la couronne seigneuriale dans le charnier pour en ceindre son front. Après quoi, Ulrick fut à son tour mis à mort. Lui ouvrant la gorge d'une oreille à l'autre, on versa son sang dans un calice d'or qu'on présenta au grand bâtard.

Il le but d'un trait.

Ainsi commença le règne de Konrad Von Karschtein, seigneur de Conflans et de l'Archipel du Corbeau.

Un messager ne tarda pas à venir de la capitale. La reine réclamait du nouveau seigneur un serment d’allégeance. Caprice d'une gamine pourrie gâtée sans le moindre doute. Le jeune seigneur se rendit donc dans la capitale et prêta un hommage rapide et quelque peu bâclé. Cette impression fut surement dut au fait que le jeune homme refusa catégoriquement de plier le genou, privilège réservé aux seuls dieux puisqu'à Conflans, aucun homme libre n'avait à se prosterner devant une autre figure que ses idoles.

Cette corvée accomplie, Konrad rentra chez lui. Cette petite gamine aurait été bien stupide de penser que quelques mots suffiraient à lui servir de bouclier. Konrad abjurerait son serment à l'instant sans que cela lui pose le moindre problème. Ces mots n'avaient pas plus de valeurs pour lui que s'ils avaient été écrit dans du sable.

Il ne devait rien à cette gamine prétentieuse qui se disait reine. Conflans lui appartenait parce qu'il avait eu la force de s'en emparer. Elle, elle n'avait rien fait pour mériter sa couronne et n'était pas digne de confiance. Après tout, pendant la guerre des bâtards, on avait pas vu une seule bannière royale. Elle avait laissé son vassal perdre et se faire tuer. Pour quel raison devrait-on lui accorder la moindre confiance après ça?
Depuis Konrad gère habilement les Conflans et use de l’identité d’Ulfin pour assouvir sa soif de combats et d’or, en jouant secrètement aux pirates, ayant réussis plus d’une fois à échapper aux navires Da Orta et même, une fois, à remonter un fleuve jusqu’en Hammersmark ou il prit pour prisonnière une femme qui se disait être la Duxesse Kylara von Hammersmark. Le discours ayant tenu tout l’interrogatoire, elle disait certainement vraie et Konrad pensa alors la dresser en bonne esclave, rebaptisée Serena, l’engrosser et la rendre enceinte au Dux, contre rançon, afin de l’humilier…. Mais Serena était bien trop plaisante alors Konrad décida d’en faire sa favorite, puisque de toute façon une Kylara von Hammersmark siégeait toujours et mourus même en couche : autant dire que nulle rançon ne serait versée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agesombre.forum-pro.fr
 
Un seigneur Corakir qui joue aux pirates et cocufie les Dux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» le trone du seigneur demon!
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Un mod du seigneur des anneaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Age Sombre :: Avant de se lancer dans l'aventure :: Les personnages :: Personnages libres :: Nobles-
Sauter vers: